Sélectionner une page

Cher(e)s toutes et tous,

Je garde au cœur un souvenir lumineux et joyeux de ce week-end passé ensemble à l’Abbaye d’Acey, cette magnifique bâtisse habitée de la présence des moines et qui résonne de leur très beaux chants. Merci à eux de nous avoir ouvert leur porte.

Vous souvenez vous de cette phrase de Dürckheim à la fin du film de Manuel « Les nuits étoilées » à propos de la signification du cercle calligraphié ?

« Le ciel s’écroule sur la terre. »

Je dois dire que cette phrase m’a laissée interrogative. La calligraphe présente nous disait que cette traduction en français de la langue allemande, n’était peut-être pas tout à fait juste. Alors qu’a voulu dire Dürckheim ?

La nuit qui a suivi la projection du film, je me suis réveillée avec une réponse qui contient je pense, au moins une partie du sens.

Le ciel s’écroule sur la terre

On pourrait dire aussi le ciel retombe sur la terre.

Le ciel rejoint la terre.

Dans ce geste, ciel et terre s’unissent, ils créent l’unité.

Le ciel devient terre, la terre devient ciel, car dans ce geste, traçant un cercle, ne voit on pas aussi la terre monter en ciel ?.

Alors, le ciel est terre, la terre est ciel et ils sont un.

Ce cercle serait donc l’image d’une transcendance immanente.

Ne pourrait-on pas de la même manière dire que tout ce qui vit est ciel et que le ciel est tout ce qui vit ? Ainsi l’humain est ciel et le ciel l’humain.

N’est-il pas étonnant dans la religion chrétienne où il est dit du Christ qu’il est « le verbe incarné », que le corps ait été si longtemps considéré comme mauvais, quelque chose à rejeter ?

Le verbe, qu’est-ce que le verbe ?

Le verbe est action. Le verbe représenterait l’action de l’Être (de Dieu). Tout ce qui vit, dont l’homme, est créé, s’incarne, d’instant en instant sous la poussée de cette action.

Au mot verbe, que l’on peut trop facilement confondre avec le discours parlé utilisant les mots et les concepts, j’ai pour l’instant plus d’affinité avec cette expression d’un moine zen chrétien, Vincent Sogeto :

« La parole évènement »

Tout ce qui vit est l’expression, la personnification, d’un événement.

L’arbre est parole évènement

La fleur est parole événement

La pluie qui tombe est parole évènement

Le ciel brillant est parole évènement

Un craquement de branche est parole évènement

Le souffle qui nous ouvre puis nous détend est parole évènement

La nature entière et même ces objets créés sont parole évènement.

Le mot Nature signifie « ce qui est en train de naître ». Ainsi tout est en constante création et transformation. Et c’est aussi cela que l’on voit dans ce geste qui trace un cercle. Rien n’est figé, définitif.

Le seul mot enferme et fixe. Le mot arbre, fixe l’arbre dans une forme statique.

Rappelez-vous ce que disait Dürckheim à Jacques Castermane « C’est curieux, là où vous voyez un arbre je vois un geste de la vie ».

En tant que corps vivant, nous sommes verbe incarné, verbe s’incarnant d’instant en instant, nous sommes parole évènement.

Mais pour que tout cela ait du sens dans nos vies, et ne soit pas seulement des mots, nous devons devenir conscient de notre incarnation, conscient de nous-même en tant que corps  prenant forme sous la poussée de l’Être « cette force mystérieuse qui fait que tout ce qui vit, vit » dit Dürckheim. Nous devons être attentifs à ces actions, c’est cela méditer, nous devons porter attention au vivant qui circule, se manifeste, est vu, entendu, goûté, senti, aux travers de nos sens.

Le corps n’est pas une chose qu’on a, le corps c’est nous même, tel que nous sommes créés et voulus par la Vie. Il est, avec la vie, ce qui nous est tout simplement donné. Il est le lieu par lequel nous prenons conscience de l’Être et d’Être et où l’Être peut devenir conscient de lui-même.

Une autre phrase à sa manière, exprime cette réalité. Elle est du maître taoïste Tchouang Tseu.

« Il faut unir le ciel et l’humain »

Et lorsqu’on lui demande qu’est-ce que vous entendez par le ciel ? il répond :

« Le cheval et le bœuf ont 4 pattes, voilà ce que j’appelle le ciel »

Et qu’entendez-vous par l’humain ?

« On mets un licou au cheval et un anneau aux naseaux du bœuf, voilà ce que j’entends par l’humain ».

On pourrait dire : nous sommes corps vivant, nous sommes vie, nature, créatures en devenir, voilà le ciel. Nous faisons zazen, jouons de la flûte, chantons des liturgies, faisons la vaisselle, voilà l’humain.

Unir la conscience, le « sentement » d’être à celle de l’agir, exercer le goût d’être dans chacune de nos actions, c’est cela unir le ciel et l’humain.

Cette conscience n’est pas mentale, n’a pas besoin de la pensée, elle est sensorielle. Voilà pourquoi Dürckheim dit qu’il y a plus du Divin dans une sensation que dans une pensée.

C’est aussi par la conscience sensorielle que l’on éprouve dans l’instant non pas l’idée « je suis » mais la sensation, « le sentement » « je suis ».

Méditer c’est remplir ses actions de sa présence, c’est remplir ces actions du sentement « je suis ». Habiter vraiment ces actions donne un goût sacré à ce que l’on fait, dans le sens ou cela nous plonge dans le présent, dans une ambiance particulière, nous plonge dans un état de plénitude, d’ordre et d’unité qui sont les qualités de l’Être.

Ces qualités s’éprouvent dans le seinserfarhung «  l’expérience être » dont parle Dürckheim.

Voilà cher(e)s ami(e)s j’avais envie de partager avec vous ce qui, cette fameuse nuit, m’a saisie puis a mûri en moi, et, même s’il reste encore beaucoup à dire, j’espère que cela vous inspirera aussi dans votre pratique.

Voici aussi comme je vous l’avais promis, mes coordonnées, pour celles et ceux qui voudraient me contacter :

Anne Vincent Apap, Pré Jean de Laine, 10800 Saint Thibault

03 25 41 82 22 et 07 82 04 91 51

anneapapvincent@gmail.com

Les sites :

 www.meditation-zen-troyes-.com

www.eutonie-troyes-en-champagne.fr

Et en pièce jointe une lettre suivie du programme de mes activités de l’année.

Si vous souhaitez pratiquer un peu, vous pouvez aller sur youtube et chercher: Accompagnement à la méditation Anne Vincent. J’ai fait deux introductions. Vous trouverez aussi un accompagnement de Jacques Castermane et d’autres vidéos de lui.

Je laisse à Manuel le bon soin de vous faire parvenir cette lettre et je le remercie encore vivement de nous avoir tous rassemblés.

Je vous embrasse  avec toute mon affection

Anne

Informez vous sur la méditation & le zen

Inscrivez vous à la lettre d'information de PRESENCE et recevez des articles, Ebook et vidéos sur la prière, la méditation et le zen dans le style de Dürckheim.

Vous êtes maintenant abonné à la lettre d'informations de PRESENCE sur la prière, la méditation et le zen de Dürckheim